Nous utilisons des cookies afin de personnaliser votre navigation et d'améliorer la qualité de nos sites internet. Pour plus d’informations concernant les cookies, comment nous les utilisons et comment vous pouvez les supprimer, nous vous invitons à consulter notre déclaration relative aux cookies.
En continuant votre navigation, vous acceptez les cookies utilisés par ce site.




outils
  • A
  • A
  • A
  • la taille du texte

FAQ entretien auto

Découvrez comment mettre les produits Mobil™ au service de votre véhicule pour mieux préserver les performances et la propreté de son moteur.

  1. Pourquoi faut-il vidanger régulièrement l’huile d’un moteur ? 
  2. Quel est le rôle de la viscosité d’une huile moteur ?
  3. Qu’est-ce que la viscosité ?
  4. Que désigne l’indice de viscosité ?
  5. De la fumée s’échappe de ma voiture au démarrage. Que dois-je faire ?
  6. À quoi correspond le système de classification ACEA ?
  7. Pourquoi le voyant du circuit d’huile de mon véhicule s’allume-t-il ?

1) Pourquoi faut-il vidanger régulièrement l’huile d’un moteur ?
L’huile moteur se dégrade au fil du temps. Elle perd donc peu à peu en efficacité jusqu’à ne plus remplir sa fonction : protéger votre moteur. 

L’huile moteur sert non seulement à lubrifier les pièces mobiles du moteur, mais permet également d’évacuer les produits de combustion accumulés au niveau des pistons et des cylindres. Elle est formulée non seulement pour neutraliser les faibles quantités d’eau générées par la chauffe et le refroidissement du moteur, mais aussi pour collecter les résidus et la poussière pénétrant dans le moteur par le circuit d’admission. Elle protège également le moteur contre les acides qui se forment lorsque l’eau entre en contact avec d’autres contaminants. En cas de fuites, il peut aussi arriver que du carburant ou du liquide de refroidissement s’écoule dans le circuit d’huile.

Au fil des kilomètres, le niveau de contamination de l’huile moteur ne cesse d’augmenter. Le filtre à huile élimine les particules au passage, mais petit à petit, les additifs s’épuisent et l’huile en elle-même commence à se dégrader (elle s’oxyde ou s’épaissit). À ce stade, l’huile ne remplit plus son rôle. Il faut donc faire une vidange, c’est-à-dire changer l’huile.

La vitesse de contamination de l’huile et d’épuisement des additifs dépend de plusieurs facteurs. En premier lieu : des conditions de conduite, qui peuvent être très variables et influent directement sur la durée de vie utile de l’huile. Interviennent ensuite la précision des réglages du système d’allumage, de l’injection de carburant ou de la carburation, l’entretien du filtre à air et l’état mécanique général du moteur.

La vidange doit être faite avant que le niveau de contamination ne soit trop élevé et ne commence à endommager le moteur. Ce paramètre étant difficile à évaluer la plupart des automobilistes, les constructeurs automobiles préconisent des intervalles de vidange. Ces recommandations varient selon les marques et les modèles de véhicule. Les intervalles et les seuils kilométriques stipulés dépendent également de l’usage qui est fait du véhicule. Il est recommandé de faire des vidanges plus fréquentes en cas d’utilisation intensive
.>> Retour en haut de page

2) Quel est le rôle de la viscosité d’une huile moteur ?
Les ingénieurs déterminent la viscosité optimale d’une huile, en fonction des conditions de charge et de vitesse. Ils s’efforcent de trouver le juste équilibre entre, d’une part, une huile légère – ou à faible viscosité – laquelle présente une résistance minime au mouvement, avec à la clé une baisse de la consommation de carburant et un transfert efficace de la puissance, et d’autre part, une huile lourde – ou à viscosité élevée – capable de résister à la compression entre des surfaces métalliques.

La viscosité d’une huile fluctue aussi en fonction de la température – elle est plus fluide lorsqu’elle est chaude et plus épaisse lorsqu’elle est froide. À basse température, il faut que l’huile moteur s’écoule facilement (elle ne doit pas s’épaissir outre mesure, ni geler). À haute température, il ne faut pas que l’huile devienne trop fluide : elle risquerait sinon de ne plus empêcher le contact entre les surfaces en métal. C’est pour cette raison que les ingénieurs ont élaboré des huiles moteur multigrades. >> Retour en haut de page

3) Qu’est-ce que la viscosité ?
La viscosité est une mesure de la résistance d’un liquide qui s’écoule. Si la viscosité est faible, le liquide s’écoule facilement : on dit qu’il est « fluide ». L’eau, par exemple, est un liquide affichant une viscosité relativement faible. Si la viscosité est élevée, on dit que le liquide est « épais ». Le sirop d’érable, par exemple, est un liquide affichant une viscosité relativement élevée.
>> Retour en haut de page

4) Que désigne l’indice de viscosité ?
L’indice de viscosité (IV) est une mesure de la variation relative de la viscosité de l’huile sur une plage de températures. Plus l’indice de viscosité est ÉLEVÉ, MOINS la viscosité évolue selon la température. L’IV n’a pas de rapport avec la viscosité effective ou avec la viscosité SAE, mais permet de mesurer le taux de variation de la viscosité. >> Retour en haut de page

L’IV (représenté par un chiffre) est généralement utilisé à titre indicatif uniquement. Les résultats des tests de pompabilité à basse température et des tests d’usure à haute température sont de meilleurs indicateurs des performances réelles d’une huile et de sa capacité à préserver le bon fonctionnement d’un moteur.

En règle générale, les huiles multigrades (0W-40, 10W-30, etc.) présentent des indices de viscosité plus élevés, à l’inverse des huiles monogrades (SAE 30, 40, etc.). >> Retour en haut de page

5) De la fumée s’échappe de ma voiture au démarrage. Quel est le problème ?
Si la fumée est plutôt bleue ou bleue/noire, cela peut indiquer la combustion d’huile en plus du carburant, du fait de l’usure des segments de piston ou d’une trop faible viscosité de l’huile par exemple.

Si la fumée est noire, cela indique une combustion excessive de carburant.

Si la fumée est blanche, cela peut s’expliquer simplement par la présence de condensation dans le moteur et le système d’échappement froids. Si beaucoup de fumée blanche s’échappe et que le phénomène persiste, cela peut indiquer une fuite de liquide de refroidissement. >> Retour en haut de page

6) A quoi correspond le système de classification ACEA ?
Le sigle ACEA signifie Association des Constructeurs Européens d’Automobiles. Les normes ACEA se divisent en deux catégories : les normes ACEA A et B (respectivement pour des classifications Essence et Diesel Tourisme) et ACEA C pour le traitement des émissions.

Par ailleurs, il existe les normes ACEA 08 qui rendent plus sévères les contraintes des 3 catégories dans le cadre de la norme Euro 5. Les facteurs majeurs d’évolution sont : réduction des émissions polluantes, de la quantité d’huile passant dans l’échappement, diminution de la nocivité des huiles pour les catalyseurs, réduction de la part des imbrûlés et des suies provenant de l’huile et amélioration des rendements moteurs.>> Retour en haut de page

7) Pourquoi le voyant du circuit d’huile de mon véhicule s’allume-t-il ?
Le voyant du circuit d’huile peut s’allumer pour diverses raisons, notamment : faible niveau d’huile, pompe défectueuse, dysfonctionnement du capteur de pression d’huile, obstruction du circuit, moussage excessif de l’huile, etc. Dans tous les cas, il est recommandé de couper le moteur le plus rapidement possible – en veillant à ne pas mettre en danger votre sécurité. Si le moteur tourne trop longtemps avec une faible pression d’huile, il risque de subir d’importants dommages. >> Retour en haut de page